• Poésies Romance

  • COMME

     

    Comme le voilier file sur l’océan

    Emporté par le grand vent

    Tourne et tourne sans fin

    La roue du Destin….

     

    Comme la pluie de rosée

    Comme le premier baiser

    Comme la caresse du soleil

    Sur une plage abandonnée

    Toujours et toujours

    Recherchons nous l’amour…

     

    Comme la main d’un enfant

    Qui vers l’autre se tend

    Comme un matin de printemps

    Chanté par mille oiseaux

    Comment trouver les mots

    Comment effacer les maux

    Et trouver le grand chemin

    Qui méne à l’éternel demain

     

    Comme une larme trace son sillage

    Sur la ride d’un visage

    Comme une nuit d’orage

    Où tout semble sombre

    Attendre et encore attendre

    Essayer de modifier le cours du ruisseau

    Pour ressourcer le grand désert

     

    Comme une étoile dans l’immensité

    Une ile imaginaire

    Un aigle qui survole la vallée

    Comment atteindre l’autre rive

    En trouvant le bon pont…

    Sans trop de larmes

    Sans trop de regrets

    Sans trop de remords

    Sans trop tristesse…

    Trouver le pont d’éternité

    Pour un jour enfin s’en aller

    Sans plus jamais se retourner….

     

     

     

    Je ne dirai rien

    Je ne pleurerai pas

    Je retiendrai mon souffle

    A genoux, j’attendrai

    Et puis je te prierai, toi la Déesse

    Toi Ma Mére, Ma Fille, Mon Ancêtre

    Toi qui sait, toi qui dit…

    Toi qui guide

    Toi qui chante dans la nuit

    Toi qui mon cœur fait battre….

    Le jour pareil à la nuit sera

    Une lune pâle et ronde brillera

    Et dans le ciel, mille bouquets d’étoiles

    Feront ta parure…

     

    Je t’ai cherché depuis si longtemps

    Quand en mon cœur tu demeurais….

    Chant lancinant qui me suivait, qui me guidait

    A travers la roue de mon destin….

     

    Je ne dirai rien

    Je ne pleurerai pas

    J’attends ce moment depuis si longtemps

    Ta lumière me couronnera

    Ta main vers la mienne se tendra

     

    Je sais alors que de « partir » il sera temps…

     

     

    Un soir d’été

    Un soir d’orage

    La Déesse est née..

    Couverte de rosée

    Parsemée d’étoiles

    Tombée de la voie lactée

    Sur la terre qu’elle fit sienne….

     

    Un soir d’été

    Un soir d’orage

    Son chant sur la terre retentit..

    C’était le jour, c’était la nuit

    C’était l’aube des Temps….

     

    Un soir d’été

    Un soir d’orage

    Au milieu d’un tapis de fleurs

    Au fond d’une grotte

    Au creux de l’océan

    Au cœur de la brume et du vent..

    Elle est venue pour dire « je t’aime »

    A toutes les femmes,

    A tous les hommes qui naîtraient

    Et qui la reconnaîtraient….

     

    Un soir d’été

     

    Un soir d’orage…..

     

     

    Quand tourne la tête

    Quand plus rien n’est une fête

    A force de souvenirs

    Quand plus d’autre solution ….que de partir

    Quand au coeur de la vie, la vieillesse

    A grands pas  remplace la jeunesse

    Alors allumer une bougie

    Et dans l’ombre de la nuit

    A la lueur de Dame Lune

    Prier la Déesse

    Prier pour ne pas désespérer….

    Sentir son souffle sur nous

    Entendre son murmure apaisant

    Fermer les yeux et l’imaginer

    Là..si proche, si douce, si lumineuse..

    Qui nous tend la main

    Pour parcourir notre destin

    Sans plus de peur

    Simplement avec ces quelques instants de bonheur

    Que nous accorde la roue du temps…

    Quand tourne la tête

    Quand plus rien n’est une fête

    A force de souvenirs

    Quand plus d’autres solutions….que Partir !

     

     

     

     

     

    MON PERE

     

    Il pleut  ce soir dans mon cœur

    Coulent mes larmes en rivières argentées…

    Souvenirs,.. Tourbillonne le passé..

    ….Il me tient toujours la main pour traverser…

    Son doux regard vert se pose sur moi

    Et jour après jour

    J’apprends de la vie  l’amour..

    Il se promène en mon âme

    Solitaire et si loin déjà

    Me sourie t’il encore

    Est il fier de moi ?...

    J’oublie parfois son visage

    Qui se dissipe dans le brouillard…du temps

     

    Tu me manques, tu sais

    Et cela jour après jour

    Tout ce que je ne t’ai pas dit, tout cet amour…

    Se mêlent  aujourd’hui dans le présent et le passé..

     

    Où est-il ce père

    Qui m’a toujours un peu manqué

    Même lorsque prés de moi il était…

    Son regard dans le lointain

    Comme perdu dans un autre temps….

    Pourtant je sens encore de sa main la chaleur

    Au plus profond de mon cœur

    Et si je ferme les yeux

    Je le vois dans le parc se promener

    Fragile fantôme dans la course du temps…..

     

    Il pleut ce soir dans mon cœur

    Coulent mes larmes en rivières argentées…

     

     

     

    LE GRIMOIRE

     

     

    Il était une fois……

    Un vieux grimoire j’ai retrouvé

    Caché dans un coin poussiéreux

    D’un grenier du temps oublié…

    Petite, je m’en souviens, j’y allais,

    Par la main Grand-mère me tenait

    Puis, dans le silence on s’asseyait

    Et le vieux grimoire elle ouvrait…

    Il était une fois….

    Ainsi toutes elles commençaient

    Ses légendes de pays oubliés

    Ses histoires de dragons et de fées,

    Et j’écoutais émerveillée

    Dans d’autres mondes je pénétrais…

     

    Depuis longtemps, Grand-Mère est « partie »

    Et avec elle, des pages de ma vie…

    Cependant, ce vieux grimoire j’ai retrouvé

    En allant dans ce grenier du temps oublié

    Familière m’était son odeur

    Si douces sous mes doigts ses pages

    Et j’entends des Mots dans la nuit :

     

    IL ETAIT UNE FOIS……

    Alors je ferme les yeux

    Et la légende m’envahit 

     

    Dans le creux des profondeurs

    A l’abri du temps

    A l’abri du vent

    Vit mon âme, de l’océan le cœur…

     

    C’était il y a si longtemps

    Quand sur la mer fiérement il voguait

    Emportant notre amour

    Dans un voyage sans fin…

     

    Je n’ai pas oublié

    Dans ma chevelure tes doigts

    Et la douceur de ton regard

    Quand sur moi tu le posais…

    Je n’ai pas oublié cet impudique dessin

    Où telle une nymphe tu m’imaginais…

     

    Dans le souffle du vent

    Emportés par l’océan

    Nos destins à jamais se sont liés

    Et quand au creux de l’abîme tu tombais

    Avec toi mon cœur tu  emmenais …

    Pour toujours mon âme flotte au creux des vagues

    Prés des grands icebergs blancs

    Tout au bout du temps

    Je sais que quelque part

    Nous nous retrouverons

    Dans l’île d’éternité

    Ballayée par le vent

    Tout au bout des chemins

    et tu seras là pour prendre ma main….

     

    ©Dannylou

     

    Chante dans le vent

    Même si ce n’est pas le printemps

    Toi,Fille du vent……

    Chante pour que s’envolent nos tourments

    Que ta voix sur toute la terre résonne

    Qu’en un instant s’arrête le bruit des fusils

    Que sur les pierres tachées de sang

    Eclosent les plus belles des fleurs

    Pour effacer à jamais nos douleurs…

     

    Danse dans le vent

    Comme une ultime prière

    Comme un appel aux forces du ciel et de la Terre

    Pour que plus jamais, Ne sonne le glas !!!

    Danse dans le vent….

     

    Aide nous, Fille du vent

    A traverser Le grand miroir

    A ne plus avoir peur du noir

    Comme un enfant Prends nous la main,

    Montre nous le chemin de la liberté

    Sois un instant l’étoile de notre Destinée…

     

    Chante dans le vent

    Danse dans le vent

    Fille du vent

    Ce soir t’appelle mon cœur

    Alors que filent les heures……..

    Je ne veux plus jamais avoir peur

    D’avancer sur cette terre ….

    Chante dans le vent

    Danse dans le vent !

     

     

     Je t’attends

    Dans la douceur d’un matin

    Dans la chaleur d’une nuit…

    Je ne sais pas d’où tu viens

    Ni quel sera ton destin

    Tu n’as pas encore de prénom

    Mais je t’imagine déjà

    Doux comme du miel

    et un regard d’azur…

    si profond et si pur !

     

    Je t’attends

    pour  toi, je serai « Maman »

    celle qui sera là, tout prés de toi

    te consolant, et te berçant…

    inventant des histoires

    où il sera question de fées…

    car sur toi, elles se poseront toutes,

    l’instant où de moi tu sortiras,

    pour t’elancer dans le monde..

    N’aies pas peur

    Ecoute mon cœur

    Battant au rythme du tien

    N’aies pas peur

    Je serai là pour toi…

    Ecoute ma voix !

     

    Je t’attends

    Et ce refrain en moi monte déjà

    comme une éternelle histoire..

    Il était une fois….

    Tout contre moi !


    votre commentaire
  • Métamorphoses

     

    Livres écrits en partenariat il y a quelques années

     mes poésies  sous le pseudo de Sarwena

    et les sculptures  de MarielauTerre

     

    Ecris sur le vent

        Sculptés dans le temps…

    Nous avons pour vous tissé

    La tresse magique

    De notre amitié

    Jour après jour

    Notre cœur et notre âme y avons mêlé 

    Pour vous ouvrir les portes

    D’un autre univers

    Où tout se lie

    Où dansent les fées

    Où chantent les sirènes

    où encore, rêvent les enfants !

    Ecris sur le vent

      Sculptés dans le temps

     A La Tresse magique nous avons donné vie  

     

    Métamorphoses

     

    lien Facebook de Marie Laurence Codini Bas, sculptrice 


    votre commentaire
  • "J'avais dessiné
    une Etoile enchantée
    un Puits à souhait
    et une Fée dorée...**

    parce que je savais au fond de mon coeur
    que bientôt viendrait l'heure
    où ils m'aideraient à leurs manières...

    En me promenant hier
    j'ai découvert ce puits
    comme les autres, une pièce j'y ai lancé
    un cri a retenti
    d'un chien, tout petit, j'ai ainsi sauvé la vie...
    tombé dans ce puits
    se croyant oublié
    le pauvre se débattait en vain....

    Premier signe du Destin****
    J'attends donc un signe de ma Fée dorée
    et que mon étoile enchantée
    exauce un de mes souhaits...
    Ainsi je vais sur le chemin
    sans peur des Lendemains
    je sais que...

    c'était il y a bien longtemps
    mais qu'importe le temps..
    j'ai dessiné
    une Etoile enchantée
    un Puits à souhait
    et une Fée dorée... "

    Dannylou ♡

     

    les "souhaits"


    1 commentaire
  • LA VICTOIRE DE L'ANGE

     

     

     

     

     

    la nuit était venue, plus sombre, plus froide que jamais

    seule, dans sa chambre aux volets fermés ,elle pleurait!

    Le destin, sa vie entière, tout aujourd'hui, elle reniait!

    Elle avait perdue son seul amour,

    en une nuit,en un instant,

    ET POURTANT,

    elle sentait encore sa présence,

    les draps plein de son odeur,

     

    la chaleur de ses mains sur son corps,

    ses mots tendres et apaisants....

    Qui allait l'apaiser à présent?

    Qui allait prendre prendre sa main,

    et la tenir jusqu'au matin?

    Elle aurait voulu prier,

    mais à présent elle ne croyait plus!

    Il l'avait abandonné tout la-haut,

    il n'avait pas vu ses pleurs,

    Alors, plus jamais se dit elle,

    elle ne s'adresserait à Lui !

     

    Soudain, une grande lumière,

    la nuit sembla un instant s'illuminer

    mille étoiles brillaient

    ET ELLE LE VIT!

    Si beau et si majestueux,

    si brillant et si présent!

    L'Ange lui tendait la main,

    son vêtement étaient de lumiére et de feux,

    elle se demanda un instant si elle rêvait!

    Mais, non, il était bien là, il la frôlait presque!

    Alors, elle reconnut son odeur,

    sur son corps elle ressentit son souffle chaud,

    c'était son Ange à elle, 

    celui qu'elle avait tant aimé,

    et qui en cet instant

    venait lui montrer qu'une d'une autre façon

    il allait l'aimer et la protéger!

    Son regard si doux,

    sur elle se posait,

    apaisant ses blessures,

    effaçant ses larmes!

     

    ALORS ELLE SUT, !

    que plus jamais elle ne serait seule

    que du fond de la nuit

    pour toujours il serait là pour elle,

    que quelque soit son destin,

    et ceux qu'elle rencontrerait,

    il serait à jamais SON ANGE D'AMOUR et de LIBERTE !

    Lorsqu'elle s'éveilla au petit matin,

    tout semblait si pareil

    qu'un instant elle crut avoir rêvé!

    Mais des poussiéres scintillantes,

    des poussiéres d'étoiles jonchaient son sol!

    Et un doux parfum l'ennivra alors! 

     

     

     

     

     

    Tout au fond de l'océan

    elle pleure son amant,

    jamais su terre elle n'ira

    jamais elle ne l'étreindra!

    Elle nage depuis si longtemps

    portée par les vagues et le courant,

    son seul but était de l'apercevoir

    debout sur son bateau, dans le noir!

    Par les étoiles illuminé,

    elle s'abimait dans son regard,

    mais il est déjà si tard!

    La mer va au loin de nouveau l'emporter

    et de lui à tout jamais l'éloigner!

    Elle aurait voulu lui dire

    qu'elle l'aimait depuis longtemps,

    elle aurait voulu mourir

    pour avec lui passer encore du temps!

    BELLE SIRENE

    NE PLEURE PAS

    TES LARMES VONT FAIRE DEBORDER LA MER!

    BELLE SIRENE

    ECOUTE-MOI

    UNE NUIT, IL TE REVIENDRA ET QUITTERA LA TERRE!

    MAIS CETTE NUIT LA,

    TU SERAS, PEUT-ETRE ,FEMME REDEVENUE!

     

     

     

    J'aurai voulu partir, 

     

    J'aurai voulu mourir, 

     

    oublier le passé, 

     

    ou tout recommencer! 

     

    J'ai longtemps prié, 

     

    Mais mon Ange n'est pas venu, 

     

    pour ,à jamais, m'emporter 

     

    vers l'amant ,de mes nuits ,oublié! 

     

    Qui était-il, 

     

    et d'où venait-il? 

     

    Je ne savais pas même son nom! 

     

    Mais ses yeux dans la nuit 

     

    avait transperçé mon âme, 

     

    et m'avait caressé! 

     

    Je le cherche encore certaines nuits 

     

    où telle une somnambule, j'erre dans les rues! 

     

    Qui sait s'il reviendra, 

     

    de son au-delà, 

     

    qui sait s'il me reconnaitra, 

     

    qui sait s'il m'aimera! 

     

    Je cherche dans l'oubli, 

     

    et le froid de la nuit 

     

    son regard sur moi, 

     

    son odeur, ses caresses, 

     

    et sa voix qui me berce! 

     

     

     

    Il existe encore au confin des terres, là où nul 

     

    ne va, un monde emplie de fées et d'elfes, 

     

    d'anges et de dragons. C'est là qu'ils s'exilent 

     

    lorsque notre âme n'est pas assez pure 

     

    pour les voir prés de nous. 

     

    Pourtant, il suffirait juste d'en appeler 

     

    un pour que suive le tourbillon des fées 

     

    et autres créatures de la féerie! 

     

    Je ferme les yeux, allongée sur l'herbe 

     

    mouillée de rosée, 

     

    et je les sens autour de moi, qui me 

     

    murmure leur amitié, 

     

    et panse mes plaies! 

     

    Le nom de ma fée est "Bleuet" de 

     

    mon mois de naissance, 

     

    avec elle, je suis en toute confiance, 

     

    et la laisse me guider dans son 

     

    royaume enchanté! 

     

    Dansent les fées et les elfes, 

     

    vous êtes bienvenue chez moi, 

     

    mon jardin vous accueillera, 

     

    plein de fleurs et de papillons, 

     

    vous boirez l'eau de ma source, 

     

    et profiterez des rayons d'un doux soleil! 

     

    Ma demeure est la votre ; 

     

    et je vous espére depuis si longtemps! 

     

    Fermez les yeux, vous aussi, qui me lisez, 

     

    et laissez vous 

     

    emporter dans le royaume enchanté! 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     DANS LE SILENCE QUI S'INSTALLE PEU A PEU,

    DISPARAISSENT LES ENNUIS ET LE STRESS DE LA JOURNEE!

    ON SE PARFUME, RIEN QUE POUR SOI, PARFOIS,

    ON LISSE SES CHEVEUX, ON CARESSE SON CORPS

    AVEC UNE DOUCE CREME AUX COULEURS CHANGEANTES,

    ON REVET SON PLUS BEAU DESHABILLE,

    DE SOIE ET DE DENTELLE,

    ET SOUVENT MÊME, RIEN QUE POUR SOI,

    POUR SE SENTIR BELLE ET DESIRABLE,

    POUR ATTENDRE AU CREUX DE LA NUIT,

    L'AMANT IMAGINAIRE, SI PARFAIT ET SI SENSUEL,

    CELUI QUI D'UN SOUFFLE,

    NOUS MENERAIT VERS SON ROYAUME,

    LE ROYAUME DE LA NUIT,

    OU RODENT GUERRIERS ET GUERRIERES,

    AMANTS ET VAMPIRES,

    ANGES, OU DEMONS!

    AU CHOIX DE NOTRE DESIR DE L'INSTANT!

    CAR, OUI, NOUS POURRIONS CHOISIR,

    SANS CULPABILISER, SANS REMORD, SANS REGRET,

    PUISQU'IL S'AGIRAIT JUSTE D'UN RÊVE,

    MAIS OU TOUT SEMBLERAIT PARFAITEMENT REEL!

     

    DANS LE SILENCE DU VELOURS DE LA NUIT,

    FERMEZ LES YEUX ET LAISSEZ VOUS ALLER,

    ALLONGEE DELICATEMENT SUR VOS DRAPS DE SOIE,

    IL N'EST PAS LOIN, VOUS SENTEZ PRESQUE SON DOUX PARFUM,

    DANS LE SILENCE DE LA NUIT......... 

     

     

     

    Promenades au clair de lune,

    lune ronde, pleine, blanche,

    où tout se transforme

    en illusions, en féerie,

    ou bien en cauchemars, pour d'autres!

    Promenades au clair de lune, 

    mon coeur cherche son âme soeur,

    le double exact de son esprit,

    celui qui lui redonnera vie!

    Promenades au clair de lune, le long 

     

    des allées d'un cimetière,

    à la recherche des âmes perdues,

    pour les aider à franchir la frontière!

    Promenades au clair de lune, 

    dans l'attente de l'homme-loup, 

    ou du vampire "mondain"

    qui changera votre vie

    en ballades éternelles au clair de Lune! 

     

     

     

    Le temps est ce qu'il est, 

     

    un sablier sans compassion 

     

    qui enchaine ses heures 

     

    sans penser à nos coeurs! 

     

    Le temps est ainsi 

     

    il s'égréne, sans amour, 

     

    et détruit nos toujours! 

     

    Hier n'est plus déjà, 

     

    et demain n'existe pas! 

     

    aujourd'hui, alors, aimons et vivons! 

     

     

     

    LA LISEUSE

     

     

     

     

    Un instant seule dans sa grande maison, 

     

    elle était allée dans le petit salon, 

     

    avait ouvert un livre à la premiére page, 

     

    ses yeux s'étaient alors posés 

     

    sur l'image d'une jeune et fine jeune fille ceuillant des fleurs 

     

    tout au bout d'une allée de jardin! 

     

    Elle pouvait presque sentir le parfum ennivrant 

     

    des fleurs à peine ceuillies! 

     

    Mais surtout, son regard à elle, 

     

    plongea dans le regard presque translucide 

     

    de la jeune fille , 

     

    Elle se senti comme emportée 

     

    dans un autre temps, dans le passé, 

     

    et soudain sur ce fauteuil 

     

    où elle s'était allée reposée 

     

    ses vêtements n'étaient plus les siens 

     

    mais ceux d'un siécle passé, 

     

    sa coiffure aussi avait changé, 

     

    De soie et de dentelles elle était vêtue, 

     

    et le petit salon avait retrouvé 

     

    sa mélancolie d'autrefois, 

     

    même l'odeur de la pièce avait changé! 

     

    Pourtant, elle ne s'en inquiéta pas, 

     

    au contraire, même, cet instant 

     

    elle l'avait appelé, désiré 

     

    pour enfin "rentrer" chez elle! 

     

    Elle ouvrit le livre à la premiére page 

     

    et dans jardin de fleurs multicolores 

     

    mais plus "moderne", 

     

    elle aperçu presque cachée, 

     

    une étange fille 

     

    habillée d'un jeans et d'un teeshirt noir, 

     

    qui vaguement lui sembla familière! 

     

    Elle se leva brusquement prise d'un vertige 

     

    et se vit alors dans le grand miroir 

     

    coiffure tressée, robe de soie rose, 

     

    c'était elle la premiére jeune femme 

     

    vue dans ce livre 

     

    avant peut-être qu'elle ne s'endorme ! 

     

    Elle ne savait plus, 

     

    ce qu'elle devinait 

     

    c'est qu'elle avait un rapport 

     

    avec la fille en jeans, 

     

    mais lequel, cela, elle ne s'en souvint pas! 

     

    Un bref instant de vertige, 

     

    juste un bref instant, 

     

    puis, elle se rassit 

     

    et, enfin sereine, elle ferma le livre 

     

    et se jura intérieurement de ne plus le rouvrir ! 

     

    car son chemin s'arrêtait ici et maintenant 

     

    dans ce siecle passé, 

     

    ou enfin elle avait retrouvé sa sérénité 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    PAR UNE NUIT SANS FIN............. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par une nuit sans fin, esseulée et mélancolique, 

     

     

     

     

     

    elle errait dans les rues sombres qu'éclairait 

     

    juste la faible lueur des réverbéres. Elle ne savait 

     

    pas si elle cherchait l'âme soeur, ou simplement 

     

    si elle fuyait pour échapper à son destin. Elle 

     

    aurait tant voulu être fée ou déesse, licorne 

     

    ou dauphin. Tout, sauf elle! En fait, elle se fuyait, 

     

    loin du bruit et des gens.

     

    Et puis, elle voulait le retrouver, l'amant étrange du cimetiére,

     

    celui qui avait osé la méler au sang versé! Il la survola de nouveau, comme cette nuit là,un instant, 

     

     

     

    ombre grise au dessus d'elle. Elle ne le voyait pas, 

     

    mais elle s'ennivrait de son parfum! 

     

    Elle le vit brusquement devant elle 

     

    il semblait la regardait jusqu'au fond de l' âme 

     

    . Avait-il perçu justement son extrême solitude, 

     

    sa soif d'éternité ou son envie de mort ? Il essuya 

     

    ses larmes d'un geste délicat. Il devint alors 

     

    plus proche et plus présent qu'aucun humain 

     

    n'avait été avec elle, 

     

    Il était grand, sombre, beau; d'une 

     

    beauté à couper le souffle. Du reste, le souffle 

     

    lui manqua, son coeur se mit à battre la chamade, 

     

    la tête lui tourna. Il retint son corps frêle qui tombait 

     

    . Il l'entoura de sa cape de soie et avec lui, 

     

    elle s'éleva dans la nuit. Pour la première fois, 

     

    elle vit les étoiles, et aucune peur n'obscursissait son coeur. 

     

    Elle savait qu'il l'avait trouvée enfin, et qu'elle 

     

    était sienne depuis longtemp! Elle 

     

    s'ennivrait de son odeur, et lorsque son propre sang 

     

    coula le long de sa gorge, elle ressentit un profond 

     

    bien-être. Elle aurait voulu lui dire mille fois 

     

    "merci" de l'avoir délivrée des affres d'un destin ordinaire.

     

    Lorsqu'elle s'éveilla au matin, elle était dans son lit 

     

     

     

    et s'étonna d'être encore vivante. Avait-elle rêvé? 

     

    Mais non, car sur l'oreiller à ses côtés, il y avait encore 

     

    une rose couleur sang, et dans l'air flottait 

     

    le parfum de son amant . Elle porta une 

     

    main à son cou et sentit la trace laissée 

     

    par la morsure. Alors, elle se rendormit 

     

    vite pour encore à lui rêver. 

     

     

     

    Perdue, sans doute oubliée par les siens, 

     

    elle s'assit au pied d'un chêne et se laissa 

     

    aller à méditer. Qui avait -elle été avant 

     

    . Qui avait -elle été avant, 

     

    il y a bien longtemps, quand, sur terre, elle était 

     

    une femme, une humaine et par encore une fee. 

     

    Elle respirait pleinement les odeurs de chaque fleur, 

     

    chaque arbre, elle se sentait bien ,ainsi lovée, 

     

    dans la nature; Mais cependant lui revenaient 

     

    parfois en mémoire des flashs d'une de ses précédentes 

     

    vies; Avait elle eu un époux, un amant, un enfant, 

     

    des amies ? Elle était pourtant parfaitement 

     

    dans son élément ici, en fee.

    La nuit passa et elle s'endormit ,protégée 

     

    par le grand chêne

    Au petit matin, le souffle du vent l'éveilla Elle 

     

    se mit debout et marcha jusqu'au lac.

    Et là; elle vit son reflet. HUMAINE, FEMME, 

     

    et si Belle. Ses cheveux étaient mélés de fleurs 

     

    et de mousse verte. Sa longue robe rouge lui 

     

    allait à ravir. Mais encore une fois, elle se 

     

    demanda qui elle était AVANT.

    Elle prit le chemin du retour. Mais quel retour ? 

     

    et vers quelle destination.? Pourtant, 

     

    malgré tout cela, elle n'avait aucune crainte. 

     

    Elle savait que c'était le jeu du karma, et que 

     

    jamais de ses vies antérieures elle ne se souviendrait, 

     

    sauf peut être, d'avoir rêver qu'elle était une fee 

     

    qui révait qu'elle était humaine 

     

     

     

     

     

     

     

    DANS LE JARDIN 

     

     

     

     

     

    JE MARCHE PIEDS NUS DANS LA ROSEE DU MATIN,

    JE SUIS SEULE DANS MON JARDIN,

    FLEURS ET FEUILLES FANEES DEPUIS LONGTEMPS

    ME FONT UN TAPIS MULTICOLORE!

    IL PLEUT DANS MA MEMOIRE

    IL PLEUT DANS MON COEUR

    ET IL PLEUT SUR MON CORPS!

    POURTANT, ETRANGEMENT, JE ME SENS PURIFIEE

    PAR TOUTES CES GOUTTES DE PLUIE

    QUI SCINTILLENT SOUS LE FAIBLE RAYON DU SOLEIL!

    JE RESPIRE LE DOUX PARFUM DE L'HERBE FRAICHEMENT COUPEE,

    PEU A PEU, J'OUBLIE LE MONDE EXTERIEUR

    ET ME SENS REMPLIE D'UNE ENERGIE SOUDAINE,

    JE RETROUVE MON JARDIN ENCHANTE

    PLEIN DE CREATURES LEGENDAIRES!

    DERRIERE CHAQUE FLEUR FANEE

    SE CACHE ELFE OU FEE!

    J'ENTENDS LEURS DOUX MURMURES,

    JE SENS LEUR SOUFFLE APAISANT,

    JE M'ENNIVRE DE LEUR PARFUM!

    ET J'ECOUTE LEURS CONSEILS!

    ELLES ME PARLENT DEPUIS QUE JE SUIS ENFANT,

    ET QUE, PAR HASARD, DANS LE JARDIN DE GRAND-MERE,

    J'AVAI TROUVE UNE PETITE FEE SUR UN MURET COUVERT DE LIERRE!

    D'ABORD INQUIETE PUIS EMERVEILLEE

    DEVANT TANT DE PERFECTION ET DE BEAUTE,

    J'AVAIS GARDE CETTE COMPAGNE SECRETE AUX YEUX DE TOUS!

    ET TOUS LES ETES, JE LA RETROUVAIS!

    DEPUIS, LE TEMPS A PASSE,

    ET PEU A PEU J'AI OUBLIE,

    ON OUBLIE SI VITE SES REVES D'ENFANTS!

    Puis, UN JOUR DE PRODONDE SOLITUDE, 

    DANS MON JARDIN, CACHEE SOUS LE FEUILLAGE D'UNE GLYCINE ODORANTE

    J'AVAIS DECOUVERT TOUT UN PETIT PEUPLE DE FEES ET D'ELFES!

    QUE BIEN SUR, JE N'AI A PERSONNE DEVOILE,

    SAUF A VOUS AUJOURD'HUI!

    EN CE MOMENT, PERDUE DANS MES SONGES

    JE ME PROMENE DANS CE JARDIN

    OU JE RETROUVE CALME ET SERENITE

    DANS LES MOMENTS PLUS DIFFICILES DE LA VIE!

    JE SAIS QU'ELLES SONT LA, PRES DE MOI,

    ME CONSOLANT ET ME MURMURANT

    LEURS DOUX MOTS !

    MURMURES DE FEES,

    BAUME SUR MON COEUR,

    VOUS QUI VIVEZ SI PRES DE NOUS

    SANS QUE PERSONNES NE VOUS VOIENT JAMAIS,

    PETIT PEUPLE DE LA FORET ET DES JARDINS,

    JE SUIS BIEN AVEC VOUS!

    UN JOUR, PEUT-ÊTRE,

    JE FERAI PARTIE DE VOTRE MONDE, VOTRE ROYAUME!

    JE M'EVADERAI POUR TOUJOURS DANS CE JARDIN,

    ACCOMPAGNEE PAR VOUS, JUSQU'AU BOUT DE MON DESTIN! 

     

     

     

    MON COEUR QUI BAT!

     

    "Le temps file si vite

    sur la route du destin!

    qu'on ne choisit hélas pas souvent,

    on est emporté par le vent!

    Parfois, une "étoile" éclaire nos nuits!

    et on se met à rêver

    on se prend à encore espérer!

    une main qui vers nous se tend,

    un refrain qui nous berce doucement,

    et nos larmes alors rejoignent

    le fleuve de milliard de larmes

    des désespérés qui parcourent la terre!

     

    Mon coeur au son des "tam tam"

    danse au rytme de la brousse!

    poésie des paysages sauvages

    qui hantent mon âme

    qui me rassurent

    qui me ménént vers le bout de ma vie!

    en espérant tant que l'autre soit meilleure!

    Mon coeur au son des tambours

    danse pour ne plus souffrir!

    et c'est une danse sans fin

    où j'oublie où je suis et qui je suis!

    Rytmes chauds et sensuels

    des pays si lointains

    qui bordent mon coeur!

     

    Mon coeur au son des "tam tam"

    résonne des paroles

    des sages et des sorcières!

    Partir, en dansant, pour l'éternité!

    au rytme des chants sauvages

    de la brousse multicolore!

     

     

     

     

     

    "SEULE, j'errais dans la nuit,

    ne cherchant plus d'amis!

    fuyant dans les rues

    l'espoir à jamais perdu!

    Des larmes brouillaient mes yeux,

    le vent glacial emmélait mes cheveux!

    il faisait soudain si froid,

    et dans mon âme un si lourd poids

    broyait mon être de toute part!

     

    Une ombre me survola,

    venue de nulle part,

    pourtant, je n'avais pas d'effroi,

    simplement, j'attendais

    un peu comme une proie

    sachant son heure arrivée!

    Prés de moi, il se posa

    et d'une main ma joue caressa,

    effaçant la riviéres de mes larmes!

    avait-il une arme?

    Qui était-il?

    D'ou venait-il?

    Son souffle tiéde ma nuque frôlait!

    Son parfum étrange m'envoutait!

    alors je vis son regard

    et son âme transperça mon âme!

    Etait-il trop tard,

    pour qu'avec lui, revint l'espoir?

    Autour de nous, il faisait si noir,

    et cependant, je le voyais!

    son regard me réchauffait!

    Alors, je fermais les yeux doucement,

    alors que dans mon cou, je sentais ses dents!

    Un intense plaisir m'envahit!

    un court instant, je défaillis!

    mais ses bras me retenaient,

    et son corps me réchauffait!

    A cet instant, je fus à lui!

     


    1 commentaire
  • FILLE DU VENT

    Née un printemps

     Par delà les océans

    Fille du vent
    Ainsi elle s’appela…
    Plus belle qu’un coucher de soleil
    Etincellante de vie
    Eternellement sur la lande se promenant
    …….
    Que recherchait-elle ?
     Ou bien que fuyait-elle ?
    Chimère, songes, rêves..
    Que lui murmurait le vent, son père ?
    Etrangement elle semblait sortir de nulle part
    et de la même manière disparaissait…
    Mais…existait-elle vraiment ?
    Ou n’était-elle que le fruit de mon imagination
    Ou encore un vague souvenir
    D’un autre temps, d’un autre lieu ?
    Et puis un matin je la vis
    Là …dans l’eau d’un lac
    Son visage se dévoilait
    Enfin j’allais savoir…
    Et ce fut mon reflet que je vis…
    Au cœur de mes nuits
    Quand je pense que tout est fini…
    J’entends sa voix
    Je respire son parfum
    Et je la vois dans la lande s’élancer

     

    Mon double parfait
    Le reflet de mon âme
    A la recherche d’un temps perdu
    D’un reflet, d’un amant
    D’une île oubliée
    A la recherche de sa vie……

    Un peu de mes poémes

     

    xxxxxxxxxxxxx

     

    Née au printemps
    Par delà les océans
    Fille du vent…
    C’est mon nom, je le sais maintenant

     

    ©Dannylou

     

    KUNDALINI
    Autour d’un feu sacré
    Unissons nous
    En une danse éternelle
    Tournoyons….
    KUNDALINI
    Je sens ton énergie
    Le souffle de la Vie..
    Cette énergie passons-la nous
    De mains en mains,
    Sur la roue du destin…
    Les tambours résonnent en moi
    J’entends l’écho de la voix des Anciens
    KUNDALINI
    Devient un souffle de feu
    Qui emporte nos cœurs…
    Les Femmes-Déesses sacrées
    Sont unies pour dans cette danse t’honorer
    Toi la Terre-Mére
    Celle que les hommes ont oubliée
    Je te nomme KUNDALINI
    La force de l’énergie
    Le centre de la vie
    L’eau au fond du puits…..

     

    La Déesse a mille noms, mille visages Elle vient du fond des âges 

    Tantôt belle et rebelle
    Tantôt plus douce que le miel
    Et tantôt farouche guerrière
    Franchissant les frontières La Déesse me guide sur le chemin
    Doucement elle a pris ma main
    Au cours du temps
    Ses murmures m’enchantant…
    Pour elle je m’élance et danse
    Dans le tourbillon de la roue de l’année. Mon passé, mon présent 
    sont mêlés à ses chants
    avec moi elle s’éveille
    avec moi elle s’endort
    Et tout contre mon cœur
    Souvent je poserai
    La poupée déesse
    pour mieux la prier !

    Un peu de mes poémes

     

    The Goddess has one thousand names, one thousand faces

     

     She comes from the bottom of ages 
    This afternoon beautiful and fly-away(rebel) 
    This afternoon sweeter than the honey
     And this afternoon wild warrior Crossing the borders 
    The Goddess drives me on the road 
    Slowly she took my hand 
    In time Her rustles enchanting me … 
    For her I dash and dance 
    In the whirlwind of the wheel of the year. My past, my present 
    are mixed with its songs
    with me she  wakes up 
    With me she falls asleep
     And everything against my heart
     Often I shall put The doll goddess to ask her better! The Goddess has thousand names, thousand faces
     She comes from the bottom of the ages
    Sometimes beautiful and rebel
    Sometimes softer than honey
    And sometimes savage warlike 
    Crossing the borders The Goddess guides me on the way 
    Slowly she took my hand
    In the course of time
    she murmurs enchanting me…
    For it I spring and dances
    In the swirl of the wheel of the year. My past, my present 
    are mingled with its songs
    with me it wakes up
    with me she falls asleep
    And all against my heart
    Often I shall put the goddess doll
    for prayer her best  

     

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Un peu de mes poémes

     

     

     

    Par de là le temps, Il sera encore là
    Quant  la porte de l’au-delà j’aurai franchi….
    Tendant ses bras vers le ciel
    Comme pour cueillir des étoiles..
    L’arbre de vie, mon Arbre de vie s’élance
    Et auprès de lui, je me sens si petite
    Comme la Déesse Gaia
    Mére de la Terre
    Dans laquelle plongent ses racines
    Il ne craint ni le vent 
    Ni la pluie ni les ouragans
    Semblant tenir tête au temps….
    L’arbre de vie
    C’est un peu cet ami
    A qui tout je confie
    Dans mon jardin secret
    Dans l’éternité..
    Assise à ses pieds
    Je me plais à rêver
    Et encore à croire aux contes de fées…
    Par delà le temps, il sera encore là
    Et telle cette statue de bronze
    A jamais je serai prés de lui !

     

     

    Un peu de mes poémes

    Je t'attends....

    Je t’attends
    Dans la douceur d’un matin
    Dans la chaleur d’une nuit…
    Je ne sais pas d’où tu viens
    Ni quel sera ton destin
    Tu n’as pas encore de prénom
    Mais je t’imagine déjà
    Doux comme du miel
    et un regard d’azur…
    si profond et si pur ! Je t’attends
    pour  toi, je serai « Maman »
    celle qui sera là, tout prés de toi
    te consolant, et te berçant…
    inventant des histoires
    où il sera question de fées…
    car sur toi, elles se poseront toutes,
    l’instant où de moi tu sortiras,
    pour t’elancer dans le monde..
    N’aies pas peur
    Ecoute mon cœur
    Battant au rythme du tien
    N’aies pas peur
    Je serai là pour toi…
    Ecoute ma voix ! Je t’attends
    Et ce refrain en moi monte déjà 
    comme une éternelle histoire..
    Il était une fois….
    Tout contre moi !

    Un peu de mes poémes

     

    Dans le creux des profondeurs
    A l’abri du temps
    A l’abri du vent
    Vit mon âme, de l’océan le cœur…

     

    C’était il y a si longtemps
    Quand sur la mer fiérement il voguait
    Emportant notre amour
    Dans un voyage sans fin…

     

    ttttttttttttttttttttttt

    Un peu de mes poémes

     

    Je n’ai pas oublié
    Dans ma chevelure tes doigts
    Et la douceur de ton regard
    Quand sur moi tu le posais…
    Je n’ai pas oublié cet impudique dessin
    Où telle une nymphe tu m’imaginais…

     

    Dans le souffle du vent
    Emportés par l’océan
    Nos destins à jamais se sont liés
    Et quand au creux de l’abîme tu tombais
    Avec toi mon cœur tu  emmenais …
    Pour toujours mon âme flotte au creux des vagues
    Prés des grands icebergs blancs
    Tout au bout du temps
    Je sais que quelque part
    Nous nous retrouverons
    Dans l’île d’éternité
    Ballayée par le vent
    Tout au bout des chemins
    et tu seras là pour prendre ma main….  

     

     

    Un peu de mes poémes

     

     

     

    Ecris sur le vent
        Sculptés dans le temps…
    Nous avons pour vous tissé
    La tresse magique
    De notre amitié
    Jour après jour
    Notre cœur et notre âme y avons mêlé 
    Pour vous ouvrir les portes
    D’un autre univers
    Où tout se lie
    Où dansent les fées
    Où chantent les sirènes
    où encore, rêvent les enfants !
    Ecris sur le vent
      Sculptés dans le temps
     A La Tresse magique nous avons donné vie !  

    Un peu de mes poémes

     

    Je ne dirai rien
    Je ne pleurerai pas
    Je retiendrai mon souffle
    A genoux, j’attendrai
    Et puis je te prierai, toi la Déesse
    Toi Ma Mére, Ma Fille, Mon Ancêtre
    Toi qui sait, toi qui dit…
    Toi qui guide
    Toi qui chante dans la nuit
    Toi qui mon cœur fait battre….
    Le jour pareil à la nuit sera
    Une lune pâle et ronde brillera
    Et dans le ciel, mille bouquets d’étoiles
    Feront ta parure…

     

    Je t’ai cherché depuis si longtemps
    Quand en mon cœur tu demeurais….
    Chant lancinant qui me suivait, qui me guidait
    A travers la roue de mon destin….

     

    Je ne dirai rien
    Je ne pleurerai pas
    J’attends ce moment depuis si longtemps
    Ta lumière me couronnera
    Ta main vers la mienne se tendra
    Je sais alors que de « partir » il sera temps…

     

     

      MON PERE

     

    Il pleut  ce soir dans mon cœur
    Coulent mes larmes en rivières argentées…
    Souvenirs,.. Tourbillonne le passé..
    ….Il me tient toujours la main pour traverser…
    Son doux regard vert se pose sur moi 
    Et jour après jour
    J’apprends de la vie  l’amour..
    Il se promène en mon âme
    Solitaire et si loin déjà
    Me sourie t’il encore
    Est il fier de moi ?...
    J’oublie parfois son visage
    Qui se dissipe dans le brouillard…du temps

     

    Tu me manques, tu sais
    Et cela jour après jour
    Tout ce que je ne t’ai pas dit, tout cet amour…
    Se mêlent  aujourd’hui dans le présent et le passé.. Où est-il ce père
    Qui m’a toujours un peu manqué
    Même lorsque prés de moi il était…
    Son regard dans le lointain
    Comme perdu dans un autre temps….
    Pourtant je sens encore de sa main la chaleur
    Au plus profond de mon cœur
    Et si je ferme les yeux
    Je le vois dans le parc se promener
    Fragile fantôme dans la course du temps….. Il pleut ce soir dans mon cœur
    Coulent mes larmes en rivières argentées…  

     

     

    Un peu de mes poémes

     

     


     

     

     

     

    Un soir d’été
    Un soir d’orage
    La Déesse est née..
    Couverte de rosée
    Parsemée d’étoiles
    Tombée de la voie lactée
    Sur la terre qu’elle fit sienne…. Un soir d’été
    Un soir d’orage
    Son chant sur la terre retentit..
    C’était le jour, c’était la nuit
    C’était l’aube des Temps….

     

    Un soir d’été
    Un soir d’orage
    Au milieu d’un tapis de fleurs
    Au fond d’une grotte
    Au creux de l’océan
    Au cœur de la brume et du vent..
    Elle est venue pour dire « je t’aime »
    A toutes les femmes, 
    A tous les hommes qui naîtraient
    Et qui la reconnaîtraient….

     

    Un soir d’été
    Un soir d’orage…..

     

    &regFayleen-Danny

     


    votre commentaire